Cette année, la vraie nouveauté consiste dans « la proposition de positionnement dans la grille filières ». De quoi s’agit-t-il ? A quoi cela va-t-il servir ? Nous n’en savons officiellement pas grand-chose, les travaux des groupes réunis par la direction n’ayant pas encore rendu leurs conclusions et les représentants du personnel en ayant été écartés, de fait, toutes les spéculations sont dès lors possibles.

Les premiers EPI viennent d’avoir lieu et certaines remontées nous étonnent.

1) Non seulement on peut ne pas être concerné par certaines des filières de compétence (encadrement/management, pilotage de projet, commercial) et donc ne pas se voir situer par une croix mais également être concerné dans son quotidien par l’exercice de cette compétence et ne pas se voir être reconnu dans cette mission. A ceux qui s’en sont émus, il a été répondu que la compétence, si elle pouvait en effet être exercée par le collègue ne permettait parfois pas de le placer au niveau de base à savoir le niveau le 1. Bref, on ne différencie pas l’absence de compétence, de la compétence du débutant (en devenir) ou de la compétence existante mais faiblement employée.

2) La façon d’appliquer la grille conduit à retenir, pour la très grande majorité des salariés, les niveaux 1 et 2. En conséquence, le grand détail des niveaux médians et supérieurs ne vont servir à identifier que peu de personnes. Dès lors, y a-t-il un intérêt pour la société à avoir une vision très détaillée d’un nombre de collaborateurs si limité ? En définitive, cette grille est-elle réellement adaptée aux 500 collaborateurs du Groupe SCE ? Son but réel est-il de faire un audit de la situation actuelle ou de niveler les compétences, et à terme les salaires, vers le bas ?

3) Ce qui était présenté comme n’ayant pas de lien avec le salaire (au moins à ce stade) est aujourd’hui affiché comme devant donner lieu à une interconnexion avec la grille Syntec à terme. Cette grille, décriée tant par la direction que par nous même depuis tant d’années, de par son flou et sa flagrante inadéquation à notre réalité, va se voir légitimée par une reconnaissance rampante des salariés, acceptant de se voir figés dans une position qui les conduira inexorablement à un salaire bloqué en bas.

Sans préjuger de la suite qui sera donnée à ces EPI, il nous semble important et nécessaire de mettre chacun d’entre vous en garde en précisant que :

- se voir placer via un nouvel outil dans une position va permettre à la direction d’établir :

* des fiches d’emplois,

* puis des fiches de poste,

- qui permettront notamment à terme, selon toute vraisemblance, de nous soumettre des avenants à nos contrats de travail, afin, en particulier de les uniformiser. Dès lors signer ces EPI sans faire préciser notamment via la dernière page que nous avons des questions, des désaccords ou des doutes, pourrait être assez préjudiciable pour chacun dans les mois qui viennent.

Ceci étant posé, nous ne saurions que vous inviter à utiliser avec grande vigilance et raison les outils de dialogue qui vous sont proposés dans l’EPI, notamment dans la partie qui vous est réservée. Exprimez vous clairement, opposez vous si vous n’êtes pas d’accord et écrivez le, et enfin, ne signez que les contenus pour lesquels vous êtes vraiment d’accords. Afin de poursuivre et d’étayer nos interrogations, nous nous tenons à votre disposition pour échanger sur ces sujets.

La section CFDT de SCE,

Retour à l'accueil