Extrait Vend'Estuaire (2ème trimestre S3C)

Nous en avons parlé à de nombreuses reprises, en termes juridiques, la force de l'écrit est considérable car elle permet de matérialiser l'intention des parties et se conteste difficilement.

Même lorsque votre manager se montre réticent à faire des comptes-rendus, nous vous recommandons de les réaliser vous-même, le plus factuellement possible, et en respectant l'opinion de chaque partie.

A cette occasion, il paraît utile d'ouvrir un chapitre sur la force des questions ouvertes auprès du manager:

• Comment faire pour changer de grade ?

• Quelles actions attends-tu de moi pour obtenir une augmentation ?

• Comment dois-je procéder pour évoluer vers le poste XXX ...

Les réponses données appellent à dépasser largement le « Oui » ou « Non », et amènent le manager à se positionner comme acteur de l'évolution professionnelle de son collaborateur.

Tracées par écrit, idéalement sur la fiche d'entretien annuelle, les réponses peuvent prendre la valeur d'engagements, et justifier de s'y référer pour formaliser les contreparties à l'implication de chacun d'entre nous.

Sur le plan de la représentation du personnel, ce processus permet également d'assurer le caractère équitable et non discriminatoire des cheminements d'évolution et de reconnaissance de chacun.

Il est par ailleurs impératif que l'appréciation de chacun reste basée sur des éléments factuels, bjectifs et écrits ...

Et cela pour éviter le dialogue de sourd, typique a posteriori:

Q : Je n'ai pas été augmenté depuis 15 ans. Est-ce que je peux être augmenté cette année ?

R: Non.

Q : Pourquoi ?

P : Parce que tu n'as pas correctement réalisé la mission X.

Q : Je pensais qu'elle n'était pas prioritaire - Non ?

R: Je t'avais pourtant dit le contraire ...

Nous sommes encore loin de la chose juridique, mais cette première brique de l'écrit et des questionnements ouverts est le point essentiel d'une compréhension équitable et partagée du sens du contrat de travail.

Juridiquement vôtre.

Franck Pramotton - Conseiller Prud'homal.

Retour à l'accueil